Actualités

Cher Jérémie,

Je n'ai pas encore eu l'occasion de trop m'exprimer suite à l'annonce de ta retraite sportive. Il y aurait pourtant tant de choses à dire.

Certaines ont déjà été répétées à foison par de nombreuses personnes, ici ou là ; d'autres manquent encore à l'appel. Je me garderais bien d'évoquer ici ce que tu tais toi aussi ; toutes ces choses plus personnelles, intimes. Mais il m'est impossible de ne pas évoquer ce qui, désormais, quelque part, ne sera plus.

actu 14 12 17Oui, on ne va pas se le cacher, depuis quelques semaines, le monde de l'aviron n'est plus tout à fait le même. Oh, rien de grave, mais impossible de passer comme cela à autre chose ; d'autant plus pour moi. Quand tu m'as annoncé cette décision, j'ai été surpris et touché. Surpris parce qu'il est certain à mes yeux que tes capacités te permettaient d'envisager Tokyo avec une grande part de réussite possible. Touché par la forme. Se retrouver une "nouvelle-dernière" fois à trois, avec Alexis, en fit paradoxalement un autre "bon moment" de notre histoire commune. Et quelle histoire !... Je n'ai qu'à fermer les yeux pour me retrouver à Saint-Cassien où, en 2010 me semble-t-il, nous avons embarqué ensemble pour la première fois. Un B3 je crois. Tu te souviens, ça bombardait grave ! La liste des souvenirs avec toi est longue et précieuse. Mais ce qui me plait le plus c'est qu'elle n'est pas que sportive. Elle est remplie de sensations, d'émotions, de bien-être complice ! Oui, nous avons eu la chance de bâtir à trois un univers de performances efficace mais cela n'était jamais éloigné des notions de plaisir, d'échange constructif, de bienveillance réciproque. Je ne crois pas que la performance soit la résultante de l'unique technique optimisée. Et le frère d'armes que tu as été pour moi tout au long de ses magnifiques années m'occulte définitivement toute prétention au succès individuel. Avec le "professeur", notre trio a construit une sacrée machine de guerre, de la première victoire à Lucerne au titre mondial d'Aiguebelette. Mais nous n'avons jamais cherché à battre quiconque. Nous avons juste voulu, ensemble, ne rien laisser s'intercaler entre nous et la ligne. Une véritable culture au quotidien.
Un aparté pour ceux qui pensent bien connaître Jérémie Azou (ne lis pas ça Jérém). Oui, c'est vrai, il est sympa, ouvert, attentif, modeste… mais attention, il peut être d'une rigueur infinie pour rester dans la voie choisie. Encore heureux, mon petit côté "faut qu'ça bouge" l'a parfois sauvé d'un ennui certain pour fêter, profiter au mieux de l'instant présent et ne pas immédiatement passer à l'objectif d'après (tu peux rouvrir les yeux ! ;-).

Je ne vais pas te dire que tu vas me manquer. Déjà parce que les circonstances sportives nous ont imposées cela depuis quelques temps et puis parce que notre relation se poursuit sur d'autres thèmes. Ce qui pourrait me manquer : c'est le fait de ne plus ressentir le bateau glisser de la meilleure façon qu'il soit ; ce sont tes indications toujours constructives et compréhensives ; c'est ces rendez-vous uniques avec des finales de haut-vol ; c'est cette capacité à dénicher le positif de situations plus que "merdiques" ; c'est la brièveté de nos prises de bec ; c'est Henley, Lucerne, Aiguebelette,...
Une fois encore, tu nous as bien eu Jérèm, avec ton grand sourire. Et quelque chose me dit que tu ne dois pas bouder ton plaisir d'avoir gardé ton rôle de chef de nage sur ce coup-là également. Et, pour partie, je crois bien que tu as eu finalement raison. Je te souhaite le meilleur ; après le régime, après l'éloignement, après les concessions sans fin sur les choses simples de la vie de tout à chacun. Profite mon ami, profite de cette vie qui t'a parfois tant manqué. Tu l'as bien mérité. Je mentirais si je ne déclarais pas ici un peu de nostalgie. Ça me fait "chier", et je reste poli, de dire définitivement "stop" au plaisir de ramer ensemble mais je suis très heureux pour toi. Il me suffira de parfois fermer à nouveau les yeux, je reverrai la découpe familière de ton profil devant le sillon de notre coque, et mon corps, si imprégné de ces sensations uniques me dira le reste : ça file, putain, ça file !...
J'ai gagné beaucoup de belles choses à faire du bel aviron avec toi, mais je suis certain que l'avenir me confirmera que j'ai gagné beaucoup plus encore. L'avenir étant toujours en mouvement… à très vite.

Stany

Évènements à venir

Aucun évènement à venir!

Dernières Photos

Dernières Vidéos

Oscars Sud Ouest - Stany Delayre, oscar sports... par journalsudouest

Stany se livre en 3 mn sur le site du SNB
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Visites

2.png0.png1.png7.png4.png8.png
vendredi 19 janvier 2018 13:19

PARTENAIRES DE STANY DELAYRE

Peugeot Bergerac Dordogne

SERREAU PEUGEOT
Intersport Bergerac

INTERSPORT
Sites Internet Périgueux Dordogne

TARANIS STUDIO
Vinta Quatre

Vinta Quatre
Formation bâtiment Bergerac

IDC PRO


Conseil Dép. de la Dordogne


Ville de Bergerac


Crédit Agricole


Agriculture & Territoires


Biocoop


Office de Tourisme


Région Aquitaine